La piscine en kit : tout savoir sur ces piscines « petits » budgets

piscine en kit

Si la piscine enterrée a longtemps symbolisé un luxe inaccessible au plus grand nombre, on peut désormais s’offrir un modèle de bonne taille au prix d’une petite automobile. Cela, à condition de l’acheter en kit et de l’installer soi-même…

De formes et dimensions variées, les piscines « enterrées » en kit comportent des parois rigides dont l’étanchéité est garantie par une poche en PVC, ou liner. Plusieurs types de fonds sont proposés : plat, incurvé, avec mini-fosse (en pyramide inversée), grand bain, marche périphérique, etc. Le traitement de l’eau peut être assuré par un bloc de filtration disposé contre l’une des parois, ou par un système un peu plus volumineux installé dans un local technique. Celui-ci étant parfois enterré à côté du bassin.

Piscine en kit : panneaux ou coffrages ?

Les parois sont constituées soit :

  • de panneaux à assembler mécaniquement les uns aux autres ;
  • de coffrages « perdus ». C’est à dire, laissés en place après le coulage du béton.

Selon les types de fabrication, les panneaux sont en acier galvanisé, en PVC alvéolaire, en résine de polyester.

Boulonnés entre-eux, ils sont souvent soutenus par des jambes de force latérales, maçonnées en partie basse. « Mais il en existe qui reçoivent un double chaînage, inférieur et supérieur, et se passent de jambes de force. En dehors du radier (s’il est maçonné) ou de certains cas particuliers imposant de ceinturer les parois sur toute leur hauteur (terrains instables par exemple), les travaux de maçonnerie sont assez limités » explique le site Minutes Maison.

Ce n’est pas le cas des coffrages perdus, généralement en matériaux synthétiques : polypropylène, polystyrène, PVC ou résine armée de fibres de verre. Clipsés sur un rail bas, glissés les uns contre les autres ou rivés, ils sont ferraillés sur toute leur hauteur ou seulement aux endroits stratégiques, puis remplis de béton.

Avantages et inconvénients de la piscine en kit

Les piscines formées de panneaux s’assemblent rapidement, n’exigent que peu de béton mais nécessitent presque toujours des jambes de force. Leur encombrement augmente alors les dimensions de l’excavation de 2 m environ en longueur et largeur. D’où un remblayage plus important qui exige certaines précautions : remplir le bassin à mesure et prévoir des fondations pour les plages, si leur dalle est coulée dans la foulée (voir plus loin).

Ces contraintes ne s’appliquent pas aux coffrages perdus. Selon qu’il faut ou non faire passer les tuyaux du système de filtration, l’espace à prévoir entre les parois du bassin et celles de l’excavation ne varie que de 10 à 50 cm.

Ces coffrages ont pour eux leur légèreté et parfois même des propriétés isolantes (polystyrène). Ferraillage et remplissage avec du béton sont toutefois indispensables. Cela peut augmenter le coût d’installation, d’autant qu’il faut souvent réaliser un radier maçonné.

Comparer les prix des piscines en kit !

cout d'une piscine en kit

Les kits s’adressent avant tout aux amateurs souhaitant se charger de la réalisation. Ils sont accompagnés de notices détaillées, ainsi que d’une assistance technique par téléphone et parfois sur le terrain (à vérifier !). Notez que les modèles sont également disponibles en version clé en main : le « prêt à plonger ».

L’argument du « faites-le vous-même » repose essentiellement sur l’économie réalisée par rapport à la construction traditionnelle et dans une certaine mesure, au « prêt à plonger ». Dans ce dernier cas, à en croire certains fabricants ou revendeurs, elle pourrait atteindre 30 à 50 %…

Méfiance cependant car pour bien comparer les prix, il faut s’entendre sur ce qu’ils incluent. Beaucoup sont indiqués « départ usine » et non « franco de port ». Si le système de filtration est généralement inclus, c’est plus rare pour l’escalier, le plongeoir, les margelles et, bien sûr, jamais pour les plages…

Attention donc de ne pas confondre le prix d’un kit (même avec ses options) et le coût global de la réalisation, variable en fonction de plusieurs paramètres :

  • Frais de terrassement,
  • Location ou emprunt de matériel,
  • Quantité de béton utilisée…

D’où l’importance de bien chiffrer son projet et non de raisonner à partir « d’exemple type », favorable surtout à l’argumentation du vendeur. Pensez à ajouter l’entretien de l’eau qui, lui aussi, a un coût.

Fouille, radier et remblai

Opération d’importance, le creusement d’un bassin de 30 m2 représente au minimum 50 m3 de terre à extraire et environ 60 à 70 m3 à évacuer.

Une mini-pelleteuse, un chargeur et plusieurs bennes sont a priori indispensables. Il faut aussi s’assurer que la piscine repose sur un sol stable et compact, jamais sur un fond surcreusé (et remblayé ensuite) ou de façon générale, sur un remblai de moins de 10 ans. Si des infiltrations apparaissent lors de la fouille ou si le terrain tend à retenir l’eau (argileux), un drain conduisant à un puisard de captage ou à un égout est à prévoir.

Réalisé avant ou après le montage de l’ossature, selon les indications du fabricant, le radier peut être constitué de sable stabilisé pour certains kits ou bien d’une dalle maçonnée et armée de 10 cm d’épaisseur. Dans les deux cas, la surface finie ne doit comporter qu’un minimum d’aspérités. Aussi, compte tenu de la géométrie d’un radier (en pente et éventuellement en courbe) et de la précision requise pour cet ouvrage maçonné, une certaine expérience est-elle nécessaire.

Hormis les cas particuliers où le remblayage s’effectue au sable stabilisé, on utilise normalement de la terre exempte de végétaux, grosses roches et mottes d’argile. Certains fabricants déconseillent formellement de rejeter la terre brutalement contre les parois du bassin ou de se servir des roues de la pelle mécanique pour compacter le remblai.

Ils préconisent d’ailleurs de remblayer en deux fois : d’abord jusqu’à mi-hauteur de la structure en détrempant bien la terre au tuyau d’arrosage pour la compacter, puis en comblant jusqu’en haut de l’excavation par une seconde couche, compactée comme la première.

Les plages de la piscine en kit

Traditionnellement, elles sont constituées d’élément de pierre ou de carrelage non gélifs, scellés sur une dalle de béton armé. Vu le poids de celle-ci, avant de la réaliser il est nécessaire d’attendre deux hivers pour que les remblais latéraux se soient tassés d’eux-mêmes. Pendant ce délai, vous pouvez toutefois aménager des plages provisoires en posant vos éléments sur un lit de gravillon.

Pour pouvoir maçonner les plages immédiatement après l’achèvement du bassin, il faut avoir majoré les longueur et largeur de l’excavation de 1,40 m au moins. Après le montage des parois, vous empilerez 4 à 5 parpaings tous les 2 m et perpendiculairement au bassin.

Ensuite, vous réaliserez l’éventuel chaînage bas qui rigidifie la base de l’ossature.

Dimensions et emplacement

La taille du bassin est fonction de la surface de votre terrain, ainsi que du nombre d’utilisateurs potentiels. En comptant environ 5 m2 par baigneur, la surface d’une piscine familiale devrait en principe avoisiner les 30 m2.

Construite à côté de la maison, la piscine permet de passer facilement de l’une à l’autre. Un peu éloignée, la maison offre davantage de la tranquillité à ceux qui s’y reposent… Dans les deux cas, l’emplacement doit être ensoleillé et à l’abri des vents dominants : par un rideau d’arbres ou d’arbustes touffus placés à une dizaine de mètres au moins. L’emplacement doit également tenir compte des règles d’urbanisme et de l’accessibilité des engins de chantier.